Rapport: Le marché des EAU à forte croissance dans les pays du CCG pour les négociants d'Amérique latine et des Caraïbes

PANAMA CITY, 10 avril 2019 (WAM) - Les flux commerciaux entre les pays du Conseil de la Coopération du Golfe (CCG) et l'Amérique latine et les Caraïbes (ALC), ont atteint 16,3 milliards de dollars américains en 2018, tandis que les Emirats arabes unis restent le principal partenaire commercial de la région du Golfe pour les pays de l'ALC, selon un nouveau rapport réalisé par la Banque interaméricaine de développement (BID), en coopération avec la Chambre de commerce et d'industrie de Doubaï.

Le rapport, intitulé "Vers une relation renouvelée et renforcée: Favoriser les liens entre l'Amérique latine, les Caraïbes et les pays du Golfe", a été publié lors du 3e Forum mondial des entreprises sur l'Amérique latine inauguré ce mercredi à Panama.

En 2018, les pays du Golfe ont importé pour 10,9 milliards de dollars de produits d'Amérique latine et des Caraïbes, alors qu'ils exportaient des produits d'une valeur de 5,4 milliards de dollars dans la région. Les Emirats arabes unis représentaient 27% des exportations de la région du CCG vers l'Amérique latine et les Caraïbes et 46% des importations en provenance des pays de l'ALC, ce qui en fait le marché en forte croissance pour les commerçants de l'ALC, a révélé le rapport.

Le Brésil, l'Argentine et le Mexique ont été identifiés comme les principaux partenaires commerciaux de la région pour les marchés du CCG, acquérant conjointement 76% du total des échanges intrarégionaux entre les deux régions. Le commerce entre le Brésil et les pays du Golfe s'élevait à 9,1 milliards de dollars en 2018, suivi de 2 milliards de dollars par l'Argentine et de 1,3 milliard de dollars par le Mexique.

Le PDG de la Chambre de commerce de Doubaï, Hamad Bouamim, a commenté les conclusions de ce rapport, soulignant le potentiel commercial considérable qui reste largement inexploité et soulignant qu'il met en lumière une opportunité commerciale majeure que la Chambre entend exploiter à travers la plate-forme GBF et ses trois bureaux de représentation en Amérique latine.

Il a expliqué que la présence croissante de la Chambre de commerce de Doubaï en Amérique latine appuyait les plans de diversification économique et la vision stratégique de Doubaï, ajoutant que le renforcement des échanges bilatéraux et l’attraction de sociétés latino-américaines à Doubaï figuraient parmi les principales priorités des bureaux de représentation. Bouamim a noté que le rapport publié par la BID fournissait des éclaircissements indispensables sur les flux commerciaux entre le CCG et la région de l'ALC, et a souligné la détermination de la Chambre de commerce de Doubaï à faciliter davantage les échanges commerciaux et à forger de nouveaux partenariats créant des avantages mutuels et une croissance économique.

Le président de la chambre de commerce de Doubaï a souligné que les résultats du rapport montrent qu'il existe de nombreuses opportunités commerciales et d'investissement pour la coopération entre le CCG et les marchés latins dans divers secteurs et domaines, ajoutant que la Chambre de commerce de Doubaï mène régulièrement des études sur les marchés prometteurs d'Amérique latine et des Caraïbes dans le cadre de ses efforts pour identifier des opportunités commerciales pour ses membres.

Le rapport énonçait plusieurs recommandations visant à stimuler les échanges commerciaux entre les deux régions, notamment la conclusion de nouveaux accords sur le commerce, l'investissement et la double imposition, l'augmentation du nombre de missions diplomatiques, le lancement de vols directs supplémentaires et la facilitation des échanges commerciaux bilatéraux.

Selon les estimations de la BID, de nouveaux accords commerciaux pourraient potentiellement augmenter les flux commerciaux entre les régions du CCG et de l’ALC de 9,8 milliards de dollars par an, tout en notant que l’empreinte diplomatique accrue pourrait dynamiser les échanges bilatéraux de 3,3 milliards de dollars.

La simplification des mécanismes et processus d'exportation et d'importation a également été jugée essentielle pour faciliter et accélérer les échanges bilatéraux.

Les produits en plastique et les machines électriques restent les catégories les plus dominantes dans le commerce bilatéral entre les deux régions, tandis que les véhicules, les produits pharmaceutiques, les appareils électriques, le fer et l'acier ont été identifiés comme des produits à fort potentiel.

Traduit par: Mervat Mahmoud.

http://wam.ae/en/details/1395302754389

WAM/French