mardi 22 septembre 2020 - 6:08:50 P.

Enquête de WAM: En fauteuil roulant depuis 18 ans, la vie est toujours belle pour Raïssa Al-Falassi

  • photo 1
  • photo 3
  • photo 2

DOUBAI, 14 décembre 2019 (WAM) - Bien qu'une maladie génétique, qui l'a mise en fauteuil roulant pendant environ deux décennies, ait tendance à se détériorer chaque année, Raïssa Al-Falassi dit en souriant: "La vie est toujours belle".

"J'ai mes rêves. Je veux bien réussir aux Jeux paralympiques et dans mon travail", a déclaré Al-Falassi, qui travaille en tant qu'adjointe exécutive au ministère des Affaires du Cabinet et de l'avenir, bureau du Premier ministre, à l'agence de presse des Emirats (WAM).

Lorsqu'elle a ressenti un malaise à marcher pendant sa troisième année de baccalauréat en géologie à l'Université des Émirats arabes unis à l'âge de 19 ans, elle n'a jamais imaginé qu'elle ne serait pas capable de marcher après deux ans.

"C'était en 1999 et comme il n'y avait pas de traitement aux Emirats Arabes Unis, je suis allée en Allemagne mais il n'y a pas eu de soulagement", explique Al- Falassi à propos de son état de santé, la dystrophie musculaire, qui fait partie d'un groupe de maladies génétiques caractérisées par une faiblesse progressive et la dégénérescence des muscles qui contrôlent le mouvement.

Elle a commencé à tomber en marchant et depuis 2001, un fauteuil roulant est devenu son compagnon constant. Al-Falassi a dû interrompre son cursus de géologie pour ne pas avoir été en mesure d'effectuer des travaux de terrain obligatoires.

"Ma famille a toujours été d'un grand soutien. Je ne voulais toujours pas attendre que les autres m'aident. Je voulais être forte", se souvient Al-Falassi de sa première réaction face au fait qu'un traitement médical ne viendrait pas à son secours.

"J'ai décidé de m'améliorer et de trouver un emploi pour être autonome".

Elle a suivi des cours de secrétariat, d'informatique et de langue anglaise et a obtenu un emploi de réceptionniste à l'Autorité de santé de Doubaï (DHA), en 2006.

En se déplaçant en fauteuil roulant, elle a commencé à apprécier le travail et la vie. "Depuis, je vis comme tout autre être humain normal".

Elle ajoute en souriant: "Peut-être que je peux me déplacer plus rapidement sur ce fauteuil roulant électronique que les autres [qui marchent normalement]".

Cette attitude positive et son travail acharné l'ont aidée à obtenir de nombreux certificats d'appréciation et à suivre d'importants programmes de formation au cours de ses 12 années de travail avec la DHA. Cela lui a également permis de gravir les échelons de carrière pour devenir officier administratif supérieur.

Grâce à sa réputation d'excellence dans le travail, elle a obtenu une meilleure opportunité au ministère des Affaires du Cabinet et de l'Avenir en décembre 2018. En tant qu'adjointe exécutive, elle fait partie de l'équipe chargée des travaux administratifs des accélérateurs du gouvernement, qui est une plateforme pour les équipes gouvernementales intersectorielles pour relever les défis et atteindre des objectifs ambitieux.

Le travail est difficile avec de nombreuses responsabilités, mais elle les décrit comme des «opportunités».

Le soutien de ses collègues l'inspire à exceller dans le travail et les Jeux paralympiques, auxquels elle participe activement depuis 2014.

Championne de Boccia -un sport paralympique similaire au bowling- dans plusieurs événements internationaux, elle affirme que son bureau a toujours célébré son succès.

Cela l'encourage à espérer de nouvelles réalisations aux Jeux paralympiques de Tokyo 2020, ajoutant que de tels rêves sont vivants, malgré les inconforts des défis physiques.

"Chaque année, cette condition s'aggrave. Les muscles se dégradent lentement. Je le sens. Chaque muscle du corps est affecté".

Immédiatement, elle ajoute en souriant: "Au moins, mon esprit fonctionne parfaitement. Et j'ai la chance d'avoir ce fauteuil roulant pour se déplacer".

À propos de sa capacité à sourire malgré les défis, elle dit: "À la fin, nous savons ce qui arrive à tous les êtres humains ..."

"La vie n'est pas complète à moins que je ne fasse ma part. Je le fais juste. J'ai ma famille et mes amis pour me soutenir".

Al-Falassi bénéficie du soutien d'un soignant depuis dix ans. "Elle est devenue la meilleure amie de ma vie".

Son frère souffre du même état, bien qu'il puisse se déplacer sans fauteuil roulant.

«J'écoute des discours inspirants et je lis le Saint Coran», dit-elle à propos de ses sources d'inspiration dans la vie. "Allah m'a donné cette vie. Il sait mieux".

Elle ne se soucie jamais de l'avenir. "Je vis juste dans le présent."

Par conséquent, elle sourit lorsqu'elle entend des gens se plaindre de leur vie. "Ils ne se souviennent pas qu'ils vivent dans l'un des pays les plus sûrs au monde. Vous avez une vie sûre et confortable ici".

Même pour les personnes ayant des difficultés physiques ou intellectuelles, pense-t-elle, c'est le meilleur endroit où vivre. "La suggestion de Son Altesse le Cheikh Mohamed ben Rached Al Maktoum, Vice-président, Premier ministre et Gouverneur de Doubaï, de les appeler "personnes de la détermination" elle-même est très inspirante".

À la fin de la conversation, interrogée sur ce que la vie lui a appris, elle répond: "N'abandonnez jamais tant que vous respirez".

Traduit par: Mervat Mahmoud.

http://wam.ae/en/details/1395302810195

WAM/French