samedi 15 mai 2021 - 12:11:34 P.

M. Quarcache affirme l'engagement des EAU en faveur du processus de paix en Libye devant le Conseil de sécurité des Nations unies


ABOU DABI, 9 juillet 2020 (WAM) -- Le ministre d'État des affaires étrangères des Émirats arabes unis, Dr. Anwar ben Mohamed Quarcache, a souligné hier le soutien indéfectible des Émirats arabes unis aux efforts de la communauté internationale pour parvenir à une solution politique de la crise libyenne.

Dans des remarques prononcées pratiquement lors de la session du Conseil de sécurité des Nations unies sur la Libye, M. Quarcache a également exprimé une inquiétude croissante face à l'ingérence étrangère régionale en Libye et à la menace qu'elle représente pour la sécurité et la stabilité dans la région, ainsi que pour le processus de paix dans ce pays.

"Les Émirats arabes unis ont depuis longtemps une position cohérente et claire sur la crise libyenne : une solution politique est la seule option viable pour résoudre le conflit. Nous continuons à appeler à un accord de cessez-le-feu immédiat et complet et à la reprise d'un dialogue politique dirigé par la Libye, sous les auspices des Nations unies", a fait remarquer M. Quarcache.

"Un cessez-le-feu et un dialogue politique constituent la seule voie à suivre pour assurer une sécurité et une stabilité durables en Libye et mettre fin aux souffrances du peuple libyen. Maintenant plus que jamais, un cessez-le-feu est devenu une priorité urgente pour permettre une réponse efficace à la pandémie COVID-19 et prévenir de nouvelles souffrances de la population civile", a-t-il poursuivi.

En ce qui concerne le soutien des EAU aux efforts diplomatiques allemands visant à réunir les parties prenantes au conflit libyen, il a noté que "depuis la conférence de Berlin, les EAU ont exhorté les parties prenantes au conflit libyen à soutenir la Mission de soutien des Nations unies en Libye, UNSMIL, dans la mise en œuvre du document de conclusions. Nous avons également participé activement et de bonne foi aux réunions du Comité international de suivi sur la Libye, en plus des groupes de travail sur l'économie, la politique, la sécurité, les droits de l'homme et le droit international des droits de l'homme".

"Cependant, six mois après la conférence, les EAU regrettent la détérioration de la situation sécuritaire dans le pays. Cette spirale descendante est due à l'ingérence régionale étrangère continue dans les affaires intérieures de la Libye", a poursuivi le ministre. En outre, M. Quarcache a averti que l'intervention régionale et l'exportation de mercenaires vers l'arène libyenne ont exacerbé le conflit et représentent une menace pour la sécurité d'un État arabe et une ingérence flagrante dans ses affaires intérieures.

A cet égard, M. Quarcache a salué le rôle de l'Egypte articulé dans l'initiative du Caire pour soutenir la mise en œuvre des résultats de la conférence de Berlin et le droit de l'Egypte à défendre sa sécurité nationale.

Il a également salué les efforts déployés par la mission de soutien des Nations unies en Libye pour désamorcer la situation et engager des mesures de confiance entre les parties libyennes, tout en notant le rôle important que l'opération Irini de l'Union européenne puisse jouer dans la promotion de l'action collective des signataires présents à la conférence de Berlin.

Dans ses remarques finales, M. Quarcache a demandé instamment au Conseil de sécurité de poursuivre son engagement pour prévenir une nouvelle instabilité en Libye et faire progresser une solution politique globale au conflit, soulignant l'urgence de nommer un nouveau représentant spécial pour assurer la stabilité et la paix en Libye.

Traduit par : Gihane Fawzi.

http://wam.ae/en/details/1395302854127

WAM/French