samedi 27 novembre 2021 - 9:01:34 M

Les projets spatiaux israélo-européens, dont la mission lunaire, favoriseront l'éducation et s'attaqueront à des problèmes urgents : ministre israélien

  • 1 (large)
  • 3 (large)

Par Binsal Abdulkader DOUBAÏ, 20 octobre, 2021 (WAM) – Les accords bilatéraux entre Israël et les Emirats arabes unis pour des projets spatiaux communs, y compris la mission lunaire, soutiendront l'éducation et aideront à résoudre des problèmes urgents tels que la désertification et le changement climatique, a déclaré un haut responsable israélien à l'Agence de presse des Emirats (WAM).

Un protocole d'accord signé entre les agences spatiales des deux pays ouvrira la voie à une collaboration dans certains projets spécifiques tels que "Beresheet 2", la mission lunaire israélienne dont le lancement est prévu en 2024, a déclaré Orit Farkash-Hacohen, la ministre israélienne de l'innovation, des sciences et de la technologie.

Dans une interview exclusive accordée à WAM peu après son atterrissage à Doubaï mardi après-midi, elle a déclaré : "Je suis d'autant plus fière que nous ne signons pas seulement un [accord]-cadre, mais que nous avons utilisé ces derniers mois pour identifier les personnes des deux ministères qui travailleront sur des projets spécifiques [tels que Beresheet 2]".

L'Agence spatiale des EAU a annoncé mercredi qu'elle avait signé un protocole d'accord avec l'Agence spatiale israélienne pour renforcer la coopération dans la recherche scientifique, l'exploration spatiale et le transfert de connaissances afin d'accélérer la croissance économique et le progrès humain.

La ministre d'Etat chargée des technologies avancées et présidente de l'Agence spatiale des EAU, Sarah bent Youssef Al Amiri, a signé le protocole d'accord avec Farkash-Hacohen.

Farkash-Hacohen a poursuivi en disant que Beresheet 2 est fondamentalement un projet éducatif avec la collaboration des agences spatiales des deux pays pour lancer un vaisseau spatial vers la lune. Les images scientifiques transmises par l'engin spatial aideront les étudiants des deux pays à se familiariser avec la lune et à tirer des leçons plus générales des sciences spatiales, a déclaré la ministre.

Le Beresheet 2 est la deuxième tentative d'Israël d'atteindre la lune. La première mission "Beresheet", lancée en 2019 pour atterrir sur la surface de la lune, a presque réussi, mais quelques minutes avant de toucher le sol, elle s'est écrasée sur la lune.

Les programmes spatiaux des Emirats arabes unis ont déjà attiré l'attention du monde entier. La sonde « Hope Probe », lancée en juillet 2020, a été mise en orbite avec succès autour de Mars le 9 février 2021, marquant ainsi l'entrée du monde arabe dans la course spatiale mondiale et plaçant les Emirats arabes unis au cinquième rang mondial pour atteindre la planète rouge.

Les Emirats arabes unis ont annoncé au début du mois le lancement d'une nouvelle mission interplanétaire émiratie en 2028, dont l'objectif principal est d'explorer la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter, d'où proviennent la plupart des météorites qui frappent la Terre. Le vaisseau spatial entreprendra un voyage de 3,6 milliards de kilomètres sur cinq ans, au cours duquel il effectuera des manœuvres d'assistance à la gravité en orbitant d'abord autour de Vénus, puis autour de la Terre, afin d'acquérir la vitesse nécessaire pour atteindre la principale ceinture d'astéroïdes, située au-delà de Mars.

La ministre israélienne a poursuivi en disant que le deuxième projet de collaboration entre Israël et les EAU est le satellite "VENUS" lancé en 2017, un projet conjoint entre Israël et la France. "Maintenant, nous voulons que les Emirats se joignent à ce projet. Ce sera un projet très intéressant avec la collaboration de trois pays."

Les données de ce satellite aideront à l'agriculture de précision, à la surveillance de l'eau et au contrôle de la désertification, a déclaré Mme Farkash-Hacohen. "Tous ces domaines sont très importants pour les deux pays. Nous sommes confrontés aux défis de l'agriculture dans un climat désertique au milieu de la crise climatique mondiale. J'espère que cela sera bénéfique pour nous tous", a-t-elle affirmé.

Le troisième projet est également un projet satellite, un autre projet éducatif visant à promouvoir la coexistence des étudiants arabes et non arabes en Israël. "Nous espérons que les Emirats pourront également collaborer à ce projet avec un message de paix".

A la question de savoir quel est le projet le plus important, le ministre a répondu : "Tous ces projets sont d'égale importance. Ils apportent non seulement des avantages économiques en partageant les connaissances, mais aussi des avantages sociaux en ayant un impact sur les deux peuples."

Il s'agit de la première visite de Farkash-Hacohen aux Emirats arabes unis. "Tout d'abord, cela ressemble à un beau pays, très moderne et très classe. J'ai de grandes attentes pour cette visite et je suis sûre que je ne serai pas déçue."

Elle participera aux activités de la semaine de l'espace à l'Expo 2020 de Doubaï. "L'Expo2020 est une plateforme extraordinaire qui permet d'entrer en contact avec des pays et des personnes du monde entier", a-t-elle déclaré.

Traduit par : Gihane Fawzi.

http://wam.ae/en/details/1395302983167

WAM/French