mardi 29 novembre 2022 - 4:16:18 P.

L'événement Emirates LitFest Expo 2020 Doubaï : Soutenir les femmes dans l'éducation est la clé de la croissance du PIB à long terme

  • خلال ندوة عن القيادة العالمية .. ريم الهاشمي : لم نكن لنقبل أبداً بتنظيم إكسبو عادي
  • خلال ندوة عن القيادة العالمية .. ريم الهاشمي : لم نكن لنقبل أبداً بتنظيم إكسبو عادي
  • خلال ندوة عن القيادة العالمية .. ريم الهاشمي : لم نكن لنقبل أبداً بتنظيم إكسبو عادي
  • خلال ندوة عن القيادة العالمية .. ريم الهاشمي : لم نكن لنقبل أبداً بتنظيم إكسبو عادي

DOUBAÏ, 14 février, 2022 (WAM) – Garder les femmes à l'université est la clé pour que les entreprises augmentent leurs bénéfices et que les pays développent leurs économies, selon "Good Feminism and Global Leadership", un événement du Festival de Littérature des Emirats qui s'est tenu à l'Amphithéâtre Millennium de l'Expo 2020 le dimanche 13 février.

La modératrice Ahlam Bolooki, directrice du Festival de littérature des Emirats, a ouvert la discussion en demandant aux panélistes Reem bint Ibrahim Al Hashemy, ministre d'Etat à la coopération internationale et directrice générale de l'Expo 2020 de Doubaï, et Indra Nooyi, ancienne PDG de PepsiCo, de parler des moments de leur jeunesse qui ont semé les graines de leur réussite. Elles ont toutes deux remercié leurs familles et leurs enseignants pour leur soutien et leurs encouragements.

Ayant obtenu son diplôme d'études secondaires à 16 ans avant d'entrer à l'université, la ministre Al Hashemy a déclaré : "Il est vraiment important d'être entouré de personnes qui croient en vous. J'étais un rat de bibliothèque et très porté sur les études en grandissant et j'ai bénéficié de grands mentors, aussi bien en tant qu'étudiant que lorsque j'ai commencé à travailler au gouvernement."

"Les femmes font trop partie intégrante de la société pour que nous les marginalisions. Une grande partie d'un rôle de défenseur ne consiste pas seulement à ce que les femmes soutiennent les femmes, les hommes doivent soutenir les femmes. Lorsque vous ajoutez l'argument économique au soutien des femmes, les sociétés prospèrent et les économies prospèrent, alors je pense vraiment que nous commencerons à faire bouger les choses", a-t-elle ajouté.

Entre-temps, Nooyi a déclaré : "J'ai eu la chance de naître dans une famille instruite et mon père et mon grand-père ont insisté pour que les filles reçoivent la même éducation et les mêmes opportunités que les garçons. Je suis allée à l'école, j'ai rejoint un groupe de rock, j'ai joué au cricket - j'ai vraiment pu tester les limites de ce que les femmes pouvaient faire en Inde."

Un domaine clé du soutien, selon Nooyi, est de s'assurer que les filles et les femmes ont "le pouvoir du porte-monnaie."

"Ma famille m'a dit qu'elle m'éduquait pour que je n'aie jamais à tendre la main et à demander quoi que ce soit - à mon mari, à ma belle-famille, à qui que ce soit. Mon éducation était ma dot la plus précieuse", a-t-elle déclaré.

Citant des statistiques américaines, Mme Nooyi s'est montrée optimiste quant à ce que les femmes peuvent accomplir, notant que 70 % des diplômés de l'enseignement secondaire sont des filles, que 50 % des diplômes universitaires sont décernés à des femmes et que, dans les établissements qui se concentrent sur les matières STIM, les femmes obtiennent un point de plus à leur GPA.

"Par conséquent, pour que les entreprises et les pays soient économiquement compétitifs, il faut exploiter le vivier de talents des femmes et les maintenir dans la population active, mais avec le soutien adéquat. A partir de là, les possibilités sont illimitées", a-t-elle déclaré.

Traduit par : Gihane Fawzi.

http://wam.ae/en/details/1395303020761

WAM/French